Livres et Grimoires

Il existe plusieurs types de livres de magie; les trois principaux sont les grimoires (idem en anglais), les livres de sorts (ou spellbooks), et les Livres des Ombres (ou Books of Shadows).

Les grimoires
Ce sont des livres éducatifs, des manuels d’apprentissage de la magie. Ils contiennent généralement assez peu de sorts et de rituels, mais ils expliquent dans les grandes lignes ce que c’est que la magie et comment la pratiquer. De nombreux grimoires s’adressent à tous et sont excellents pour les débutants, mais certains ne conviennent qu’à des personnes expérimentées car ils concernent des techniques magiques difficiles qui nécessitent de déjà bien connaître la magie. On peut acheter des grimoires sur toutes sortes de sujets dans les librairies et les boutiques ésotériques; plusieurs sorciers en accumulent une volumineuse bibliothèque au fil des années.

Les livres de sorts
Ils sont ce que leur nom indique: des recueils de sorts et de correspondances (rituels et incantations, listes d’ingrédients avec leurs propriétés, recettes de potions, d’huiles et d’encens, etc.) Ils sont remarquablement pratiques lorsque l’on recherche un moyen pour arriver à un but particulier, et on les trouve en grand nombre dans les librairies ésotériques. Évidemment, il faut savoir se servir de la magie en général pour réussir les envoûtements des livres de sorts, il ne suffit pas de lire des recettes et d’attendre les résultats…

Les Livres des Ombres
Un Livre des Ombres est tout à fait différent des autres types d’ouvrages; il ne se trouve pas en librairie, et il est mille fois plus précieux. C’est le recueil personnel où un sorcier note ses rituels favoris, ses formules, ses sorts, ses recettes, ainsi que des informations sur les esprits et entités qu’il a rencontrés et sur les éventuels dangers qu’il a eus à affronter. Peuvent s’y joindre aussi des poèmes, des citations inspirantes, des pensées spontanées, des idées pour des sorts à venir, bref toute information que le sorcier ou la sorcière juge importante. Petit à petit, ce livre gagne des pages, s’enrichit, et reflète la personnalité de son auteur. Il devient un objet précieux, sacré et très personnel, un outil pour organiser sa magie, la comprendre, et mieux l’utiliser. Cet ouvrage peut être écrit sur des feuilles libres dans un cartable, dans un cahier, à l’ordinateur, sur parchemin, dans un beau livre fait à la main… Il peut prendre toutes les formes.

Selon la tradition, seul un sorcier devrait avoir le droit de toucher un Livre des Ombres, et seulement avec la permission de son auteur. Avec le temps, ces précieux livres s’imprègnent de leurs propres pouvoirs et de leur propre aura. Ainsi, le Livre des Ombres d’un sorcier malveillant s’enveloppe d’énergie maléfique et devient un porte-malheur profondément corrompu. Inversement, celui d’un bon sorcier est béni, et acquiert une puissante aura de protection qui fait en sorte que les incantations écrites à l’intérieur ne fonctionneront pas si elles sont récitées par une personne malveillante, car le Livre lui-même se défendra contre ce mauvais usage et empêchera ses sorts d’agir.

Notons ici que le nom « Livres des Ombres«  ne fait pas référence au mal, mais bien à l’importance du mystère et du secret. Il faut garder son Livre avec soin, à l’abri des regards, et choisir judicieusement les personnes avec qui on partage ses parcelles favorites de savoir magique.

%d blogueurs aiment cette page :